Sommaire :

 

 

 

Historique du dojo.

 

Fondé le 12 mars 1988 par Mr Amédée ROMONT pratiquant les arts martiaux depuis son enfance et plus particulièrement l'aïkido, celui-ci a eu la chance de pratiquer avec les plus grands experts de cette discipline lors de stages en Belgique et à l'étranger.

 

 

Il est le "dojo-sho" et le fondateur en 1988 du dojo de Loncin.

 

 

C'est au "hall omnisports" de Loncin que débuta la vie de notre association

en 1988.

 

" AIKIDO CLUB H.S. LONCIN" pour finalement devenir "AIKI DOJO LONCIN"

 

Après 5 années d'activités au hall et, afin de mieux répondre aux désidératas des pratiquants, nous avons déménagé du hall pour un nouveau cadre celui de la ferme château de la rue de Jemeppe à Loncin.

(cliquez pour anciennes photos)

 

 

romont

 

Senseï Amédée ROMONT

 

Dojo sho

 

C.N. 5éme DAN

 

Directeur technique

 

Fondateur du AIKI DOJO LONCIN

 

en mars 1988.

 

C.N 1er dan en 1987 A.F.A.
C.N 2eme dan en 1990 U.Be.A
C.N 3eme dan en 1996 E.P.A
C.N 4eme dan en 2000 E.P.A
C.N 4eme dan en 2006 U.Be.A.
C.N. 5eme dan  

TITRES PEDAGOGIQUES

 

*Diplômé A.D.E.P.S. et E.P.A.

 

*diverses formations et séminaires.

 

Mise au point d'une méthode de self-défense basé sur des techniques simples et efficaces.

 

Pour adultes & seniors.

 

 

 

Le dojo (道場, dōjō) est le lieu consacré à la pratique des budō ou à la méditation bouddhiste zen. Littéralement en japonais, dō signifie la voie (c'est le même caractère que le tao chinois), le dōjō est le lieu où l'on étudie/cherche la voie.

Historiquement le dojo était la salle du temple religieux. Ces grandes salles ont aussi été utilisées par la suite pour l'enseignement des arts martiaux. Dans le cas du dojo où l'on étudie les arts martiaux comme dans le cas des dojos servant de centre de méditation bouddhiste, des règles strictes sont instituées. Le dojo est un lieu où l'on progresse. Cette progression est obligatoirement supervisée et contrôlée par un maître.

 

Traditionnellement, le dojo obéit à des règles concernant son orientation. Le côté honorifique, dit kamiza (上座?, lit. le côté élevé) est situé face au Sud. Le kamiza (également nommé shomen) est le plus souvent décoré d'une calligraphie, de sabres, d'un portrait ou de tout autre objet symbolique de la discipline enseignée. L'enseignant s'assied dos au kamiza. C'est aussi de ce côté qu'est placé un invité de marque. Le mur d'en face est le shimoza (下座, lit. côté bas), où sont assis les élèves. Ceux-ci sont rangés selon un ordre coutumier, qui mélange souvent le grade et l'ancienneté dans la pratique de la discipline ou dans le dojo. Les élèves les plus anciens sont à la gauche de l'enseignant (à l'Est, donc), les débutants à l'Ouest. C'est également à l'Ouest que sont placés les visiteurs éventuels, tandis que les assistants de l'enseignant s'asseyent dos au côté Est de la salle, le Joseki.

Cette orientation a une signification symbolique.

Assis face au Sud, l'enseignant reçoit en plein a lumière du soleil qui est la connaissance qu'il doit transmettre.

Les élèves, eux, ne peuvent voir cette lumière qu'au travers de la réflexion qu'en offre l'enseignant, qui se doit donc d'être le miroir le plus fidèle possible. Les pratiquants anciens sont du côté du soleil levant : de par leur ancienneté, ils commencent à comprendre les principes essentiels de leur discipline, alors que les débutants sont encore dans l'ombre.

Le placement des invités du côté des débutants est également un héritage historique. Quand il existait de nombreuses écoles concurrentes, mettre les invités du côté des débutants et loin des anciens rendait difficile aux éventuels espions envoyés par les autres écoles de voir les techniques particulières à ce dojo (toutes les techniques étant alors réputées secrètes).

Aujourd'hui, au Japon comme en France, ce sont avant tout des considérations pratiques qui règlent l'orientation du dojo (configuration du bâtiment), et les règles traditionnelles de placement des élèves sont inégalement appliquées selon les disciplines et les enseignants. Ainsi, certains enseignants considèrent que le placement hiérarchique renforce la fierté (l'ego) et doit être évité ; d'autres estiment que le pratiquant doit connaître sa juste place dans le dojo et donc respecter le placement.

 

source http://fr.wikipedia.org/wiki/Dojo

 

 

 

 

carte

 

 

  Dojo

                                                         

 

110, rue de Jemeppe 

 

(B-4431) LONCIN

 

 

Dojo Rue de Jemeppe dans un cadre renové ...
Quelques photos du dojo.